• acte II chapitre 1.2.3


    II Le royaume de dieu est en chacun d'entre nous


     


    Je présentais que je n'étais pas sur la bonne route, que mon bonheur et le sens de ma vie passeraient par la recherche de la spiritualité, l'apprentissage des sciences occultes et en particulier de la magie. Au lieu de cela, je beuguais sur de petits détails sans importance chez les autres.


    En me portant en moralisatrice de comptoir, je ne me regardais pas m'étaler dans du grand n'importe quoi ! plutôt que de faire preuve d'humilité, de me taire et d'apprendre, je me persuadais avoir tout compris à tout et surtout dans le domaine de l'invisible !


    C'est vrai que, dans ma quête acharnée pour découvrir ce qu'on ne voit pas, je suis partie dans une recherche très large. De wicca à la franc maçonnerie en passant par les roses croix. L'idée était de tout passer en revue. La religion ne me convenait pas dans mon " Ascension vers la spiritualité ". Le symbolisme me paraissait plus parlant que la parabole. L'un des deux appelait directement mon inconscient, l'autre m'obligeait à admettre une certaine réalité tronquée et, comme je n'avais pas la connaissance nécessaire pour comprendre, j'allais à la facilité. Cependant, cette recherche pour comprendre comment fonctionne l'univers, toutes proportions gardées, m'enseignait peu à peu l'utilisation de certains outils pour admettre le sens caché de la parabole et compléter son enseignement général.


    Les livres de magie me parlaient d'autant plus que Julie m'avait présenté un astrologue avec qui j'avais évoqué ce sujet.


    Dans ma retraite vis-à-vis de ce cher Eudes, j'avais mis en place un rituel de protection. Peu après, l'astrologue me dit que la magie me cherchait.


    A cette même époque, j'ai revu des copains qui m'ont dit avoir ressenti mon rituel, à la période où je l'ai mis en place. Lorsqu'ils m'ont donné les détails de mes actes et les conséquences, j'ai été sidérée. Comment savaient-ils puisque je ne leur avais rien dit ?


    Ils m'ont expliqué qu'ils appartenaient à un ordre mystique qui leur avait enseigné à se connecter au tout cosmique et par conséquent à pouvoir percevoir toute modification énergétique et vibratoire de tout ce qui est animé sur cette terre.


    Ils m'exprimèrent leur inquiétude à me voir jouer avec mes alambiques mentaux et m'informèrent, qu'une fois protégée par un maître, je pouvais jouer à Hermione Granger et m'exercer à n'en plus finir. Les conséquences sur mon électro ménagères étaient plus que des coïncidences puisque jusqu'alors, un de mes appareils pétait dans le quart d'heure qui ponctuait la clôture d'une séance de magie ! Du moins, j'avais envie de le croire et ça devenait objet à rigolade qui me valait les commentaires ironiques de pitch.


    " - En même temps, ma cocotte, c'est toi qui veux bannir le jeudi des semaines tant il te porte la pouasse ! Et la planète du jeudi, c'est Jupiter ! J'avoue avoir traverser ton cercle magique mais il ne m'en veut pas, à moi !


    - Pas de réponse de Doudou, au fait ?


    - Si ! Et là, j'ai eut la déclaration qui tue ! Je ne sais même plus si j'ai envie de l'appeler ou pas, si je veux recommencer quelque chose, même s'il me manque ! Je suis un peu paumée, là.


    - Tu vas devoir répondre à tout ça avant d'agir, finalement, il n'y a que toi qui saches. "


    Une connexion divine au cosmos, une ouverture du troisième œil, l'anticipation de notre devenir qui nous invitait à la découverte du mystique au salon de la voyance ! Aller consulter, afin de vérifier, ce que la bonne fée nous avait enfin réservé dans nos vies amoureuses. On se posait la même question : est-ce que notre chéri allait enfin changer ?


    Le coup du lien cosmique m'avait éclaté. Et moi aussi, je pouvais le faire ! C'est vrai ! Les cartes, j'adorais mais l'idée était la suivante :


    Puisque ma voie est dans l'occulte, je dois savoir pourquoi, qu'y apprendre, qu'y chercher, qu'y trouver, où frapper...


    J'aimais ce sentiment d'être infiniment petite dans l'infiniment grand plus que ma vie. Je me mettais à vivre de façon quasi frénétique, tant l'excitation était grande à l'idée de tout ce qu'il y avait à découvrir. L'évidence de mon choix de vie me mettait en vie, dans la vie. J'étais la vie dans tout, dans chaque chose, chaque être humain, chaque note de musique produite par le vent. J'étais le soleil, la lune et les étoiles, j'étais la nuit, le jour, l'instant et le toujours. Je traversais les océans et l'univers. J'étais convaincue que cette voie me ferait découvrir mon intemporalité, mon immatérialité, mon immortalité. Je traversai le temps depuis les premiers temps. J'étais la création, le créateur et le chaos.


    Le monde était irréel. On se mettait ses propres limites. Quand j'étais dans mon univers, le vrai, le réel, celui où je ne suis qu'un rapprochement magnétique de particules cosmiques, rien ne pouvait plus m'atteindre. Tout était relativisé et disséqué. J'étais là pour apprendre tout ce qui m'était humainement possible d'avaler et le transmettre aux autres pour qu'ils aient enfin envie de se poser des questions. Pure prétention !


    Une en amenant trois autres. On commence le chemin de la découverte de la plus sublime des vérités, la mise en valeur plus belle, douce et chaude des lumières.


    1/ assumes tes choix

    .

     


    Il est de notoriété publique que les Français se précipitent chez leur astrologue ou leur voyant lorsqu'ils doivent faire face à une décision. Les Américains préfèrent leur psy et nous (mes cop's et moi) faisons les deux.


    Faut être sure de ne pas se tromper !


    -Est-ce que Marcounnet va téléphoner ce soir ?


    -Doudou va-t-il changer ?


    -Que va-t-il se passer avec Eudes ?


    -Vais-je enfin le quitter ?


    -Fifi va t-il muté de caniche en pitbull ?


    -Vais-je avoir un troisième enfant ?


    Tout le répertoire d'interrogation y passait, ainsi que nos interprétations tirées par nos extensions de cheveux colorés.


    De toute façon, Cosmo titrait sa une avec ce sujet au moins cinq fois par an, alors, pas de doute, nous étions dans le vrai !


    Comme souvent, le jeudi, on débarquait chez Julie pour tester un nouveau jeu divinatoire.


    Armées de notre apéro, Momo s'y collait ce jour-là.


    Momo est la doyenne du groupe. Elle a un chéri intérimaire qui la rend chèvre régulièrement car l'age n'arrange rien à la connerie des "hommelettes ", bien au contraire !


    Elle s'est pointée avec un plateau, une sorte de jeu de l'oie où l'on retrouve pleins de symboles égyptiens. (Patrons indétrônés à ce jour dans l'ésotérisme pur et dur).


    Ça se joue avec des dés. On les lance et comme pour le jeu de société, on avance jusqu'à la bonne case de sa destinée... Ainsi, on définit son parcourt au cours de sa vie.


    Parfois, nos séances étaient agrémentées d'un visionnage de film et tant qu'à faire, le tout sert de support à des échanges de la plus haute importance.


    " - Tu mets quoi, Momo ?


    - " les jolies choses "


    - ouai, il est pas mal ce film, très glauque, mais pas mal. "



    C'est vrai, que j'aime bien ce film. Il est très représentatif de l'énorme différence entre ce que l'on peut dire, comprendre et interpréter d'un message auditif ou visuel.


    La compréhension de la communication est d'autant plus compliquée que le cerveau est complexe. C'est ce qui est passionnant, finalement.


    Dans les jolies choses, on traite des relations entre deux sœurs, jumelles dont l'une des deux est célèbre. La mort de cette dernière amène sa sœur à vouloir prendre sa place. La vie idéalisée est très différente en fonction de qui la vie et comment.


    Pendant que Momo était partie chercher des pizzas, Pitch et moi avions arrêtés d'interroger les pharaons de l'ancienne Égypte pour disserter sur le film


    Pitch adorait Marion Cotillard et moi, j'avais été au collège avec elle. Je racontais à pitch mes souvenirs de cette époque et pourquoi j'aimais regarder l'évolution de sa carrière avec beaucoup de fierté. Je trouvais génial qu'elle réalise son rêve d'enfant et me demandais ce qu'étaient devenus les autres.


    Comme on avait lâché le jeu de Momo, pitch et moi avions sortis l'oracle de la triade. T'en veux du ternaire ? En v'la. C'est un jeu de 54 cartes. Chaque personne qui l'utilise à sa propre inspiration. Moi, j'y attrape de mises en gardes, des événements passés ou futurs qui nous permettent de situer le tirage avec un tarot marseillais.


    Pour mieux comprendre le principe des cartes, j'ai discuté avec des personnes plus avancées que moi dans le mystique (elles n'ont pas de mal à l'être !). L'une d'entre elles m'a expliqué qu'elles n'étaient qu'un support visuel. Leur utilité est de provoqué des visions de l'évènement sur lequel on les interroge. Il oblige la personne qui s'en sert à mettre ses énergies sur le même taux vibratoire que le consultant en face. Cette interphase permet de "voir " ou plus exactement de pressentir des émotions et de les exprimer avant de les interpréter ensemble.


    De plus, les visuels de cet oracle sont d'une symbolique très simple. Comme chacun le sait maintenant, si les mots sont compris par le conscient, l'inconscient, quant à lui, comprend les images. Celles-ci, évoquent des sensations tellement larges et subtiles qu'elles ne sont traduisibles que par la symbolique.


    Le tirage de l'avenir de Pitch et de doudou disait que cette dernière devait parvenir seule à son but, prendre sa vie en main et faire face à une désillusion. Je l'interprétais en me disant que la pitchounette avait tellement fondé d'espoir dans cette relation qu'elle avait été déçue de voir à quel point ses sentiments avaient changé puisqu'elle avait évolué.


    Si, du côté affectif, son tirage n'était pas glorieux, sur un plan professionnel, elle sera reconnue et gratifiée à sa juste valeur.


    Les cartes indiquent une relation platonique qui convient, faute de mieux et un voyage qui apportera la libération. Une rupture ou un divorce se présente, cependant. C'est peut être là, la libération ou peut être une prise de conscience...


    Elle indique un don magnétique très fort. Pitch pourrait se découvrir un talent de guérisseur.


    La fin d'un cycle la ramène à la case départ. Son évolution et son épanouissement passeront par la spiritualité, quête d'elle-même qui prendra tout son sens dès qu'elle aura admit et assimilé ce sentiment d'abandon qu'elle traîne depuis des années (voir des vies). Pour le coup, elle devrait préférer la thérapie comportementale à la voie mystique.


    Un stress inévitable se fera sentir. Un dernier obstacle avant la réussite finale mais aussi pour somatiser les tensions qui la rongent, Gare à l'hypertension.


    Momo était rentrée sans qu'on la remarque et me demanda ce que ça racontait.


    -" ben, c'est assez dur. En gros, pitch est stressée, elle va quitter son doudou et sa vie sera de l'éclate pur, après !


    -Mais c'est complètement con ce que tu dis, s'insurge pitch. Tu interprètes ! D'où je quitte Doudou ? Le divorce est avec le père de mes mômes ! Et la libération est peut être que je me retrouve avec mon doudou !


    -Tu ne m'engueules pas ! C'est terrible ça ! Tu le défends même quand il a tord ! Il braille trois Alexandrins et plus de Julie !


    Bravo Momo, bien senti la voyance jeu de l'oie. Il dit la même chose que mon jeu mais c'est moi qui morfle ! "


     


    Pitch s'étrangle "ah ! Bon ? Et il dit quoi ton tirage, Momo ?


    -que ton chéri allait revenir et même ma voyante me l'a dit ! Mais, je ne vois pas si vous vous se séparez.


    -Merci Momo... "


    Pitch sortir fumer sa clope pour ne pas m'étriper dans ma castration Doudouyenne. C'est vrai que ma relation destructrice avec Eudes m'incitait plus à opter pour une guillotine à cigares afin de circoncire en série cette horde de nains de jardins invertébrés. Après tout le mal qu'elle s'était donnée pour se désintoxiquer de la doudou mania, comment pouvait-elle se bander les yeux volontairement et de la sorte ! Ça me rendait folle de la voir gober des vessies de porcs, les prenant pour des lanternes art déco ! Je lui aurais volontiers remis le coup de sa rupture karmique dans la tête !


    Pas besoin, pitch revint à la charge. Momo se recula , avertissant à la modération "ho ! Les filles ! Du calme ! "


    Alors là, il ne fallait même pas y penser. J'allais posteriser pitch en relief sur le mur du salon.


    " Allez, Misandre. Sors-la-nous, ta putain de théorie !


    - en admettant le temps comme une boucle, la voyante de Momo aurait très bien pu capter une séquence passée. Ou bien, peut-être les prédictions influencent notre avenir, puisque nous souhaitons, inconsciemment bien sûr, les voir se réaliser. Résultat, elle se réalise.


    Elle oriente peut être aussi nos choix. Sa prédiction sur ta réconciliation avec Doudou ne sera vérifiée que parce qu'elle te dit ce que tu veux entendre.



    • T'es chiante, tu devrais parler pour toi. Ta relation merdique avec Eudes, tu en fais quoi ? Tu ne le supportes pas ! Ou plus exactement, tu ne supportes qu'une partie de lui. Il fait de ta vie un enfer et tu n'es pas partie. Tu ne sais pas pourquoi tu restes et quand il a l'occasion de chercher à te marcher dessus pour exister, il le fait ! Et pourquoi chercher à obtenir l'inverse de la prédiction ? Pour défier le destin ?

    • La différence ? Elle est de taille ma cocotte ! Je cherche une controverse à mes croyances ! Je remets en question chacun de mes actes, chacune de mes pensées. Je ne me veux pas admettre afin de m'élargir à tout ce qui m'entoure ! Si le tarot dit de tourner à droite pour arriver à son but, n'arriverions nous pas au même résultat en tournant à gauche, puisque tout est écrit ? Au pire, nous aurons reculé notre destin. Si nous regardons la scène, nos sentiments ou nos antécédents, nous pouvons admettre une régression ou une amélioration de nos rapports sans recourir à la divination ou à la magie ! Tu fais dire ce que tu veux aux cartes, leur interprétation varie avec ton état d'esprit ! Tu ne peux pas prendre toutes ces infos pour argent comptant comme tu le faisais pour doudou. Si tu crois aux élucubrations de tes liseuses d' âmes, tu es mure pour l'asile. On est soit dans le sectaire, soit dans le grotesque, mais dans les deux cas, il faut réagir ! Et le plus fou, c'est pourquoi accordons-nous aux cartes un tel pouvoir ?


    Pour ce qu'il en est de Eudes, il peut bien dire ce qu'il veut, je m'en fous à vrai dire. Ses comédies de sale môme capricieux qui tape du pied et veut qu'on le regarde... ça ne marche plus depuis des plombes ! Pourtant, toi, tu reviens vers ton homme préhistorique sous prétexte que Cyrano lui a soufflé la formule pour devenir pour don juan.


    Tu crois vraiment qu'il peut durablement passer de l'aire du silex, où la femme est traînée par les cheveux, au stéréotype du romantique larmoyant qui ne s'exprime qu'en vers ? Sérieusement ! Si tu veux mon avis, il est en perfusion direct au bourbon de midi à minuit en surfant sur les cites poétiques et les bons mots de F.Dubosq ! Son personnage est une supernova qui finira obligatoirement en trou noir, tombeau de sa perdition mentale tri dimensionnel. Il fantasme sur l'envie de devenir franc mac alors qu'il est imbu de lui-même. Son auto suffisance nous rend dingue ! Il te dirige et tu acceptes de remettre ta vie entre ses mains. Regarde la vérité en face, il pompe tes connaissances pour se faire passer pour un homme équilibré et humaniste. Il est bancal dans ses baskets. Le vrai et unique problème est qu'on n'a pas les réponses à cet examen. On ne sait pas ni où on va, ni si on fait bien. Nous devrions pourtant marcher droit si nos actes étaient en accord avec nos pensées.



    • Je n'ai jamais dit ça ! J'attends de voir.


    Par contre toi, il serait temps de t'avouer que tu l'aimes ton Eudes, sinon, pourquoi tu es encore là ?


    Personne ne sort indemne de l'épreuve que vous avez traversée. C'est logique que tu aies peur de toutes les réactions que vous avez eut. Reste à espérer que vous pourrez passer au-dessus du passé si vous voulez-vous en sortir ! Au lieu de cela, vous passez votre temps à tout vous reprocher. Eudes ment à tous, à toi et pire, à lui-même ; ne dit pas clairement et calmement les choses. Toi, tu sermonnes. Tu joues le rôle de sa mère. Tu n'es pourtant pas en charge de son éducation ! Comment veux-tu trouver un instant de paix pour vous dire les choses ? Tu dois faire ce qui est le mieux pour toi, et ne me dis pas que les crises qu'il pique et sa vérité issue du pays de Rémi sans famille soient saines tant pour les mômes que pour toi. C'est à toi d'agir. Tu attends quoi, que tu te sois isolée de tout le monde soit pour nous protéger, soit pour te protéger soit parce qu'ils se sentent trahi ou sont déçus que tu sois revenue, il y a un an ? Ou parce que le barjo te fait douter de ton entourage et que par peur de nous mêler davantage au délire, tu préfères t'enfuir ? Misandre, affronte et tant pis s'il y a des victimes.


    Si c'est insupportable en permanence, barre-toi ! Fuis le bourreau !


    Tu es perdue dans ta tête à cause du cœur. Admets qu'il te reste des sentiments pour Eudes, partez vous évader pour vous retrouver !



    • Ce n'est pas possible. Quand il me l'a proposée, j'ai refusé. Et pour maintenant, aux vus du bulletin d'alerte cyclone dans notre relation, je ne me vois pas lui suggérer.

    • Tu es orgueilleuse. Vous êtes les deux même têtes de cons. Il est misogyne, tu es misandre au possible. Vous êtes passé de l'attraction des extrêmes à la répulsion des semblables ! Miroir l'un de l'autre, vous vous rejetez au visage ce que vous détestez le plus chez vous et votre parcours que vous n'assumez pas ! Tu cherches à retrouver et affirmer ton féminin tout en le considérant comme une faiblesse. Je trouve que c'est fabuleux d'être une fille : nous jouons de nos charmes, nous abusons de douceur. La force est en nous, nous gouvernons le monde depuis la nuit des temps, mais sans violence et rapport de force.


    De quoi as-tu peur ? Vous êtes fiers, têtus, malheureux l'un sans l'autre et destructeurs ensemble... "


     


     


    Je savais bien que ma pitch avait raison... Pourquoi n'avais-je pas su être moins rigide, plus à l'écoute. Pourquoi n'avions nous jamais surmonté les épreuves de notre route en faisant front. Nana le fait avec son jules alors qu'elle n'est pas l'officielle. C'est ce genre d'attitudes qui les amènent à tromper les épouses en place.


    Il m'est apparu comme évident d'aller chercher mes réponses. Je me suis retournée vers mes copines afin que chacune, avec son passé, apporte sa pierre à l'édifice de la construction de mon couple. Elles devenaient, à leur insu, maître d'œuvre sur mon chantier. J'attendais d'elles les solutions au lieu d'aller en moi pour trouver mes propres réponses.


    Après avoir chercher à me comprendre ou à me trouver, je voulais aller à la rencontre de Eudes, pourquoi on n'arrivait pas à se comprendre et à se parler ? une vraie girouette.


    Il fallait savoir pourquoi j'avais l'impression de commettre un inceste quand on se touchait. Je ne me vois pas avec d'autres hommes non plus. L'idée de devoir laver leurs chemises et les slips me dégoûtait.


    Je compense l'absence de m'occuper d'un chéri en engloutissant des tonnes de livres sur la quête du bonheur et de l'harmonie intérieure.


    Je fais une crise d'angoisse si je n'ai pas mon pendule sur moi, je cherche à comprendre l'origine de l'humanité et les différents modes de fonctionnements pour comprendre le mien et mon avenir. Je veux être en paix pour ne plus avoir à m'obliger à me mettre en opposition face à ce que je ne comprends pas. Découvrir la plénitude universelle pour enfin trouver la tranquillité d'esprit individuelle. Celle que je ne trouve pas dans mon couple et en moi.


    je me coupe de la réalité et que je suis limite des tarés dans les sectes. C'est à cause de ça que je garde contact avec des personnes opposé à mon idéal ou n'étant pas autant impliqué. Ils deviennent des gardiens de ma folie réelle ou supposée. Ces phobies, je ne peux pas les partager avec Eudes. Il adapterait mon discourt en le retournant contre moi de façon très subtile, ce qui aurait pour effet de me blesser, de me faire douter des phrases prononcées ou de leurs sens, hors de leurs contextes premiers.


    Alors je m'étouffe. La tête me tourne, mes jambes flageolent et ne me portent plus. Les mots ne sortent plus. La bouffe me dégoutte.


    Je ne peux pas me permettre d'être faible, de pleurer dans les bras d'Eudes et me refuse ma part de féminité que mon être me réclame afin de tendre vers l'équilibre.


    Je ne me sens pas en sécurité donc je fuis. L'affrontement me mine mon énergie et me dépasse ou me consume donc, je m'enfuis ou romps ma relation. Au moins, je ne peux pas lui faire ce qu'il prêtant subir.


    Je prends sur moi son comportement d'ado pas fini, au point de me terrer. Je referme une porte que je n'assume pas : la peur d'aimer, de dire "je t'aime" quelqu'un d'autre qu'à mes enfants, la peur d'être dépendante de personne... Je ne veux plus souffrir, j'ai peur d'être à nouveau trahi.


    Je m'enfuis chez mes parents et observe ce qui me gave. A chaque retour, je m'émancipe d'avantage des premiers modèles de construction, celui qu'on m'avait fait admettre comme le bon. Comme la communication est rompue, il interprète et se persuade avoir raison.


    En guise de pitch murale, c'est moi qui me suis retrouvée punaiser dans le mur. Je me posais une nouvelle fois 454 millions de questions. A dégager une telle énergie pour y répondre, j'en oubliais de vivre, et finissais par passer à coté de ceux que j'aime, alors que mon but était d'apprendre à mieux les aimer. Une nouvelle fois, j'avais pris soin de brider mon libre arbitre


    Et me refusais le droit d'être moi et imparfaite en tous points.


    Je pensais à Yoda. J'aurai aimé lui parler, méditer sur une nouvelle énigme à la "père Fourrasse ".


    Là encore, je m'étais prématurément lâchée la main. Je m'étais perdue. Une nouvelle fois éjectée du labyrinthe, il me fallais reprendre une autre entrée afin de revenir en mon centre. C'était urgent. Le point de non-retour avec Eudes était entrain de se franchir. Nous étions en passe de prendre des routes séparées pour ne plus avoir d'avenir. Cette idée m'était aussi insupportable que de vivre avec lui.


    La peur n'évitant pas le danger, même s'il est illusion. Ce dragon, sortit droit des eaux nébuleuses de mon intellect, devait être exterminer. Silencieusement, j'implorais St Michel afin qu'il descende du haut plan astral et renvoie mon démon aux enfers, partie profonde de ce que je suis.


    Je souffrais, du coup mon entourage aussi.


    C'est vrai pourtant que j'aimais Eudes. Quand il n'était pas avec moi, il me manquait.


    Cependant, un de ces visages m'obligeais à me retrancher dans mes mauvais réflexes d'auto défense.


     


    C'est en partie à cause de cela que je me suis coupée du milieu relationnel de Eudes. Pour ne pas voir un personnage trop éloigné de ce que je vois de lui. Je l'ai trop idéalisé pour supporter la réalité qui ne me permet pas de rêver. Ce que je n'avais alors pas remarqué, c'est que tout ce comportement existait car il ne voulait pas entendre. Il s'était donné l'illusion. Entendre lui aurait explosé cette façade en métal doré qu'il avait mis 13 ans à façonner.


    Ma quête ésotérique est peut être une solution en phase avec ma personnalité et qui me permettra d'aimer différemment. De fuir différemment, à l'évidence.


    Assumer ses choix est une chose très difficile à faire. Ça sous-entend comprendre et admettre s'être tromper aussi. Nous avons toutes eut des choix à faire, des paris sur l'avenir pas toujours heureux. Cependant, nous ne serons pas canonisées Saintes à notre mort, c'est pourquoi nous ne devons pas passer à coté de l'instant.


    Pour Natha, Pitch, Marine ou moi, il nous faut choisir de nous enfoncer ou non dans un mauvais chemin avec nos jules. Nous nous posons trop de questions quant à notre passage sur terre, la raison de nos parcours et les traces que nous allons laisser à nos proches... A ce stade, il est difficile d'admettre un renouveau amoureux et d'assumer nos erreurs.


    Pour Sab, même si elle se pose parfois des questions sur sa vie spirituelle, elle semble ne pas se prendre la tête sur des questions qui n'entravent pas la dégustation des moments simples.


    Quant à Nana, sa seule question est de savoir comment multiplier les petits instants de bonheur avec Francisco.


     


    2/ Cherche et tu trouveras


    " Demandez et l'on vous donnera


    Cherchez et vous trouverez


    Frappez et l'on vous ouvrira


    ...car quiconque demande, reçoit


    Qui cherche trouve et qui frappe, on ouvrira... "


     


    Evangile selon St Matthieu.


    En vérité, je vous le dis, voici une phrase bateau par excellence. Se connaître peut prendre une vie, on sait ce que l'on croit être, parfois, ce que l'on souhaite devenir mais mise à part cela...


    Tant qu'on ne sait pas ce que l'on veut, on a beau cherché, ce n'est pas pour autant qu'on trouve !


    Peut être que notre succession d'accidents de chariot finissent-ils par nous mettre sur la voie. Pas sûr.


    Je prétends chercher la vérité universelle, faire un avec le tout cosmique. Etre en paix avec mes congénères. Ne pas avoir de préjugés, la vérité est tout autre.


    Un jour, j'ai décide que "j'allais frapper pour qu'on m'ouvre ".


    Ni une ni deux, me voilà sur Internet et tombe "par hasard " sur un portail de la franc - maçonnerie. J'en avais croisé souvent. Certains d'entre eux s'étaient dévoilés. Au début, je délirais, comme tout à chacun, sur les complots occultistes de cette association sélective et tentaculaire...Comme beaucoup d'entre nous, j'accordais aux petits frères de l'ombre des pouvoirs politiques gigantesques tels que la participation au développement du droit de la femme et la loi de l'avortement, par exemple. Cette loi ayant pour but de légitimer l'avortement a souvent été cité comme étant tout droit sortie des loges, du moins m'a-t-on dit. Pourtant, les maçons respectent de la vie sous toutes ses formes . quelques uns sont contre. D'autres, par contre, estiment que son application est propre à l'histoire de chacun. Si une jeune femme se retrouve enceinte car on a abusé sexuellement d'elle, comment peut-elle trouver de l'amour en elle pour ce petit être sans défense quand, dans les yeux du bambin elle voit les stigmates de son agression ? Il est compréhensible que le choix de mettre un terme à cette grossesse n'appartienne qu'à elle. Il faut être femme ou mère pour comprendre que la maternité n'est pas toujours aussi aisée que le pense un homme. Psychologiquement, elle peut avoir des conséquences insoupçonnées et réveiller des malaises enfouis dans notre inconscient...l'harmonisation individuelle avec son environnement a, certainement, plus de réalité que la logique d'une vie donnée puis rendue au créateur.


    Alors, si franc – maçonnerie rime avec un seul et même corps, on a du mal à imaginer qu'il puisse y avoir des distancions dans leurs rangs...


    Ils dirigeaient le pays, cachés derrière des pantins élus par d'ignorants innocents que nous sommes. Au début, on pense qu'ils sont dans le vrai, que leur toute puissance leur fait décrocher des contrats inaccessibles pour d'autres. On imagine qu'ils ont les banquiers, les contrôleurs du fisc dans leur poche et qu'ils se trouvent à l'abri de tout. On les craint car on ne les connaît pas, on s'incline devant des hommes à qui on accorde un pouvoir qui n'existe peut être nulle part ailleurs que dans un nébuleux inconscient collectif. Une nouvelle chasse aux sorcières contre des hommes qui, on le comprend aisément, préfère taire leur appartenance pour la tranquillité de leur entourage autant que la leur. Pourquoi, au nom d'une quête personnelle, peut-on prendre le risque qu'un membre de sa famille soit persécuté par un jaloux ou un ignorant qui se missionne pour bouffer des maçons comme le KKK le fait pour bouffer du "nègre ".


    Ceux que j'ai rencontrés ont autant d'emmerdes que les autres, si ce n'est plus. Mais surtout, sont des êtres humains on ne peut plus normaux. Ni des Dieux, ni même de demi- dieux. Des hommes faibles et perfectibles mais en quête de quelque chose : une famille, des copains, une communion ou égrégore, la quête du graal et/ou de la parole perdue. Seulement, l'appartenance à un groupe leur donne envie de travailler et faire travailler leur "fratrie ". Le banquier ou l'homme de loi se retourne vers ses frères pour que chacun face son métier mais sans peur d'être trahi. C'est cet effet de corps d'un groupe discret qui donne la chair de poule et donne envie de les connaître en même temps.


    Je fais défiler les pages. Depuis le temps que je sillonnais les librairies, c'était amusant de m'apercevoir que les ouvrages à leur propos n'avaient, pour le coup, pas attiré davantage mon attention que les livres sur le bien être intérieur, à droite de la même étagère ! Du moins jusqu'à ce jour. Qui étaient-ils ? J'avance... Les différentes obédiences... "qui sommes-nous ", plus loin : " travaux et études ". On parle de loges mixtes, masculine ou féminine... Le GO (grand orient), la GLF (grande loge de France), La GLNF (grande loge nationale française). Ah ! Le DH (le droit humain). Est-ce là une loge humaniste au possible qui lutte envers et contre toutes les atteintes aux libertés humaines ? Non, ils le font tous du moins, je l'espère. Après lecture de leur présentation, il apparaît que le DH, révolutionnaire et mixte, se revendique dans la tendance progressiste de l'action politique et sociale. Jusque là, ça se tient avec la notion d'humaniste. A mon sens, ça faisait très Robespierre militant et syndiqué.


    Du droit humain à la grande loge féminine française, il n'y avait qu'un clic de différence. J'y aie lu un écrit de la "grande maîtresse ". Cette vénérable femme explique que le travail de chacune à l'intérieure de la loge doit aussi se faire à l'extérieur et ainsi, contribuer au développement de la société. Je décidais d'imprimer et me mis à divaguer. Qui sont-elles ? Il semble que leur création (1945) est due à l'influence positive et progressiste du courant féministe qui a pris place dans les rangs du DH. Maria Desraismes ayant forcée le passage, il paraissait plus facile aux autres femmes de s'affirmer en maçonnerie ! Et puis d'ailleurs, l'opposition conservatrice et masculine ayant été vaincu, la GLF pouvait se poser en précurseur dans la mise en place de loges similaires à la leur et parfaitement féminines !


    Elles allaient mettre un terme aux comparaisons avec les "clubs tricot " qui se rassemblaient, jusqu'alors ; laissant les gentes dames à leurs occupations domestiques ou libertines, pendant que les gentilshommes dissertaient entre eux sur l'hypothétique retour de la monarchie...


    Dans sa présentation, le cite exprime un fil conducteur de féminisme social très important !


    Ni pute, ni soumise, les maçonnes de cette obédience semblent avoir pour mission de sortir la Femme de sa torpeur, de libérer du carcan imposé par les mâles depuis des générations toute nouvelle recrue. Elles seront porteuses de la libération sans précédent ! Les "précurseuses " d'une génération de femmes libres et pensantes, responsables, actives et sans contraintes... (Ça ne vous évoque rien ? ben va y avoir de l'ambiance dans les foyers, aux cours des longues soirées d'hiver...)


    Etre sur les barricades contre l'exclusion, la régression des droits, pour l'expansion de la laïcité (message personnel aux politiques et aux journalistes : " Arrêtez de parler de la laïcité à tout va, on ne sait plus ce que c'est à force et ça fait nouvelle religion, c'est par conséquent, pas terrible !), le port du voile, l'enseignement, le droit à la culture, enfin, sur tout !


    Est-ce cela "porter les lumières hors du temple " ?


    D'un premier abord, mon coté féministe trouvait sa place auprès d'elles, à cause du nom vraisemblablement. Ma haine ou, plus exactement, ma rébellion contre le sexe dit fort me faisait rejeter toute possibilité de mixité. A ce moment précis, je ne m'interrogeais pas une seconde sur l'équilibre des polarités, non ! Ces phallus étaient décidément présents pour nous manipuler partout où la femme cherchait à élever sa condition.


    Ce soir là, je n'ai pas bien dormi. Des questions m'apparaissaient. Qui suis-je ? Est-ce que j'assume tout ce que je fais et dis en toute conscience ? D'ailleurs, résonnais-je en individu pensant librement ou me laissais-je encore influencer ? Ne faisais-je qu'assumer l'opinion de personne à qui j'accorderai plus de crédit qu'à ma capacité de réflexion ? Qu'est ce que je cherche ?


    Depuis que j'avais franchi le seuil d'une librairie ésotérique, je m'étais prise de passion pour la magie et je ne pensais pas que son enseignement allait me conduire si loin dans ma construction, l'élargissement de mon esprit et dans ma compréhension des Hommes. Il me paraissait naturel de m'intéresser au mouvement de la wicca qui apparaissait dans les cites Internet sur ce vaste sujet.


    J'imaginais des jolies jeunes femmes, sexy et vêtues de robes fluides aux tons pastelles. Je les imaginais les pieds nus, formant un cercle, piétinant l'herbe fraîche et tendre dans la rosée d'un matin de printemps. J'avais l'impression d'entendre leurs incantations au soleil et à la lune afin de faire taire la souffrance, la famine et la guerre. Je voyais en elles une multitude de déesses mais, en particulier, je les voyais telle Aphrodite, Déesse de l'amour physique et émotionnel. Contrairement à ce qu'on écrit des journalistes, les personnes new age croient en dieu. Ils sont païens, ils honorent la nature, célèbrent les solstices et équinoxes (périodes de l'année où la luminosité du soleil donne un air de magie à la nature...). Si on les croit polythéistes, car ils honorent toutes les formes divines en chaque chose, ils m'apparaissent monothéistes en réalité. Il faut comprendre que dieu (énergie créatrice universelle) est la nature et l'homme, il se multiplie en créant et étant en toute chose, mais recréait l'unité en ramenant à lui tout ce qu'il a habité. Il est le tout donc à nouveau, le UN. Chaque dieu ou déesse idolâtré ne serait que les différentes facettes d'un même et unique dieu.


    Ils croient d'ailleurs en plus de choses que nous, allant jusqu'à admettre la présence de fées et de gnomes parmi les prés et les bois. Par conséquent, ils admettent le mal et ses forces : le diable, en quelque sorte. Puisque le bien ne peut exister sans le mal. L'un est l'envers de l'autre mais leur réunion forme un tout.


    J'avais eu, grâce à pitch un livre sur la "magie de protection ". Ah ça ! pour de la solitude, c'était un immense, interminable moment de solitude...


    Le premier chapitre parle des fées, des elfes, des lutins que nous ne voyons pas car ils sont sur un plan astral parallèle au notre mais qui existe ! D'ailleurs, ces petites choses fragiles et paisibles cherchent à communiquer avec nous. Comment ? Alors là, facile. Qui d'entre nous n'a jamais eu la désagréable surprise de voir une disparition de chaussettes dans sa machine à laver ? Un coup des lutins... Pour lutter contre leur petit jeu vicieux de mini pouces, il faut faire des nœuds aux chaussettes avant de faire la lessive et ajouter 3 cuillères à soupe de gros sel ! (Et hop ! Petit coup de trois). Devant l'ampleur de la tache, les petits monstres lâchent l'affaire et, restituent les autres, celles qu'ils avaient cachées... hum, hum !


    Le mieux, dans cette protection est au chapitre 2. " Si tu croisses un vampire (que tu reconnaîtras parce qu'il ne dort pas la nuit) ne l'invite pas à rentrer chez toi, mets de l'ail sous ton lit (moins top) mais surtout, la meilleure de tes protections est de l'éviter ". Oui, bon d'accord c'est plutôt évident et si c'est un sorcier noir ? " Tu reconnaîtras le sorcier noir car il est habillé tout en noir (on ne le voyait pas venir. Juste par curiosité, l'homme tout en noir du PAF, le copain de Baffie ! Non, pas mon St Bernard, l'animateur, comment il s'appelle, bon bref, il est sorcier aussi ou c'est pour être sur dans l'harmonisation des couleurs de sa garde robe ?) Et aussi, il est très méchant (ben non, ce n'est pas l'animateur) ! Et que, quand tu le croises t'as la pouasse ou un accident mais dans tous les cas, t'as peur ! Pour te protéger contre lui, ne le regarde pas dans les yeux (oui, il vole ton âme et tu seras maudit sur 13 générations) mais surtout, la meilleur des protections est de l'éviter ! (Et oui...)


    Bon, fini la magie pour fillettes, même Mageax fait mieux !


    Dans la pratique de la magie pour les grands (donc moi, hi, hi, hi...), il est enseigné que nous ne pouvons pas nous en servir à des fins personnelles (déjà entendu dans une série de gentilles sorcières !). Il est important de rappeler aux novices (donc, pas moi...) que l'utilisation de la magie met en action des forces cosmique. Entendons qu'il s'y trouve un fragile équilibre entre les forces du bien et du mal. Mal utiliser la magie, l'utiliser à contre courant de son propre destin, pour vouloir le mal ou a des fins personnelles (je veux gagner au loto, je veux gagner au loto !) C'est comme mal utiliser ou simplement bidouiller un flacon de nitroglycérine ! Ça fait boom ! Elle ne peut pas être utilisée pour attirer le mauvais œil sur une personne qui nous veut du mal. Si tel est le cas, le praticien en subira les conséquences. Les lois universelles sont détournées de leurs sens premiers et la magie noire est pratiquée, entraînant la perdition de l'âme de celui qui croit la manipuler (on t'avait dit de pas les regarder dans les yeux, les sorciers !). Il faut alors comprendre ce qui motive cette animosité pour agir soi même et sur soi. Comprendre ce qu'il se passe et ne plus subir à nouveau cette mauvaise fortune. Peut être sommes-nous confronté à ce type de situation parce que nous avons un karma chargé, peut être devons nous passer par-là pour nous élever et passer à autre chose, peut être est-ce finalement un mal que nous subissons afin de comprendre un message pour un bien. Le choix des possibilités est trop vaste pour se contenir à notre niveau de compréhension. Il est indispensable de faire preuve de beaucoup de philosophie face à ce que nous percevons car peut être, est -ce dans nos actions que résident le mal. Si notre horrible voisin a fait mettre notre voiture à la fourrière parce que nous nous sommes stationné devant son garage, il est préférable d'utiliser cette même magie pour corriger notre rancœur, notre égocentrisme plutôt que d'aller rectifier le pare-brise du traître au jaune d'œuf et au beurre (pour mémo, la meilleure façon de se protéger de lui, c'est ? C'est ? ... de l'éviter, bravo !). Avant tout chose, d'ailleurs, il faut définir la notion de bien et de mal. Notion aussi relative et diverse que chaque composant de l'univers.


    Un milliardaire qui abreuve de dons différentes associations caritatives fait le bien en apparence. on se fout de savoir s'il le fait pour se donner bonne conscience d'avoir exploiter, sans scrupules, ses congénères et asseoir son pouvoir matériel. Ou, si c'est pour obtenir, auprès de son percepteur, une ristourne sur son ISF.


    Un touriste qui ne ramasse pas une vieille femme qui trébuche en Inde est la démonstration de l'indifférence et donc du mal pour les bons chrétiens que nous sommes ! Tout laisse à croire qu'en homme de bonne volonté il aurait du l'aider à se relever. Là encore, on se fout de savoir si, le fait d'aider cette personne, n'est pas perçu comme une humiliation suprême dans sa culture. En respectant la tradition, le touriste a fait le bien. Bien sûr, à porter un jugement de valeur immédiat, on a le sentiment d'être dans le juste alors qu'on a oublier un facteur essentiel : Le reflet de la lune sur l'eau ne traduit jamais l'exactitude de la lune elle-même. Les apparences sont la manifestation du mal, elles sont facilement malléables. Chacun peut interpréter et juger à sa convenance. L'essence est le propre du bien, même si sa dureté laisse parfois craindre le contraire.


    C'est pourquoi, en toute circonstance, il faut prendre le plus grand recul sur ce que l'on voit car, en soi, se trouve le berceau du malin.


    Il suffit de regarder les épisodes d'une série américaine sur les sorcières qui lutte contre des démons (surtout les leurs) pour comprendre la philosophie des Wiccas.


    Un jour, alors que je regardais avec mes enfants un dessin animé sur la magie, et j'ai compris que leur façon d'être. Leur philosophie était largement diffusée. Nos enfants sont "préparés " à s'ouvrir ou non à leur initiation spirituelle et culturelle. Tous les mots employés résonnaient en moi. L'ésotérique devenu exotérique à celui qui veut entendre.


    Cependant, j'avais l'impression de me farcir les contes des frères Grimm et je ne me retrouvais pas dans ce courant de pensée. Il m'avait permis d'admettre des forces existantes sans tarir ma faim grandissante d'occultisme. Je ressentais un point commun entre la wicca et d'autres regroupements de personnes en quête de vérité absolue mais je n'en avais pas trouvé le lien. Jusqu'à ce jour où pitch m'avait offert le premier volume des fils de Morya.


    Ce livre révolutionna ma conception de magie. Tout d'abord, il a fallut comprendre la différence entre le monde matériel et celui spirituel. Cette appréhension novatrice de ce qui m'entourait me permis de relativiser mon sort. Il fallait faire taire ma colère et la transformer en énergie positive afin de vivre en paix, en harmonie et en communion avec ce qui m'entoure, avec moi. Si j'étais en paix, à l'intérieure de moi, je n'attirerai que la paix autour de moi. Si, au contraire, je restais belliqueuse et remontée contre tout ce qui m'entoure, je n'avancerai pas dans le chaos. Aussi, le bien engendre le bien et le mal engendre le mal. Puisque tout ce qui est pensé est déjà fait, je venais de réaliser ma première action de magie, je devais réaliser ne rien savoir de plus que les autres et apprendre les principes des forces universelles qui régissent toute vie. Car ce qui est en bas, à notre échelle, est identique à ce qui est en haut, dans l'univers. Inversement, ce qui est grand en haut, l'est tout autant en bas.


    Pire que ma confrontation au principe d'Archimède, voici que j'allais faire connaissance avec Hermès Trismégiste et la tradition HERMETIQUE. Qu'est que c'est que ça, encore ?


    Hermès Trismesgistus (ou l'imprononçable à toute vitesse) regroupe les courants de magie et d'alchimie niveau Bac+15 000. (Niveau très élevé). Le trismesgistus signifie le trois fois plus grand (ben oui, encore.). Titre honorifique donné par les champions toutes catégories de philo : les Grecs, et ceux toutes catégories de magie : les Egyptiens.


    Chez les premiers, il hérite du prénom Hermès : personnification de la sagesse universelle et patron de la magie. Les Egyptiens lui donnèrent la sagesse de Thot : magie, écriture, connaissance mystique, l'astrologie, la philosophie... (Il sera au moins le deux fois grand dans cette matière !)


    Les mythes de ces deux dieux donnèrent naissance à la légende d'Hermès Trismesgistus : Thot pesait les âmes des morts avec une plume et Hermès les conduisait chez Hadès. (" Jusqu'au royaume d'Hadès, vos corps resteront inertes ! " . Ulysse 31, tu recherches lalalala, lalala) Pourtant, ce "chauffeur taxi livreur express " des âmes, qui était suffisamment riche pour porter une bague d'émeraude (cf. "la table d'émeraude "), a trouvé le temps de pulvériser un dragon du nom de Typhon (ne pas confondre avec siphon) car il était le symbole de l'ignorance et de la perversion (un peu comme st Michel, en fait).


     


    Avec elle, j'ai revisité mon passé et mes cours de sciences pour le voir sous un regard neuf. Les imminents scientifiques, penseurs, chercheurs et autres mathématiciens n'avaient pas uniquement établit leur recherche sur un plan linéaire. Il y avait eut un résonnement en plusieurs dimensions. Celui d'une tradition secrète qui conservait et transmettait un savoir d'une grande valeur, le plus grand des secrets : la connaissance les principes et fondements universels, l'omniscience.


    Aussi, me suis-je insurgée sur la tromperie de l'enseignement scolaire. J'y voyais des noms tels que Thalès, Pythagore, comment pouvions nous obliger un môme a apprendre par cœur des théorèmes chiantissimes pour calculer aires et surfaces au brevet sans lui dire que cette partie immergeante de l'iceberg allait le conduire dans un fabuleux jeu de piste toute sa vie afin qu'il trouve la sagesse suprême, n'étant qu'un même corps dans une réalité universelle ? ! Pas ce jeu de rôle burlesque qui lui est imposé comme unique réalité. Comment permettre à un enfant d'élargir ses horizons au point qu'il n'y est plus de limite à sa compréhension et à sa liberté ? Comment ne pas faire en sorte de lui donner envie de savoir toujours plus ?


    J'étais exaltée.


    Après avoir pris et transformer mon énergie pour l'élever dans le cosmos grâce au commencement de l'apprentissage de la Kabbale, elle me revenait purifiée et plus dense. Ce jour là, le mot franc maçonnerie est devenu visible à mes yeux encore profanes pour m'inciter à m'enraciner dans la matière. Faire un retour à la terre. C'était la une étape obligée, cyclique, pour apprendre d'autres choses et repartir vers d'autres échanges.


    Une pause se fit sentir. Pourquoi m'étais-je vraiment engouffrée dans cette voie ? Je crois que m'y enfermer me permettait de fuir la vie que je dois vivre et ne pas voir la réaction en chaînes de mes actes. Je me coupais des être humains. Je n'avais pas envie d'échanger avec eux. Je n'avais pas rencontré de personnes qui me donnaient envie d'avancer avec eux. En réalité, dès que j'y vois des attitudes humaines, je me désintéresse.


    Je n'acceptais que mes amies dans ma vie sociale. Elles ne me jugeaient pas. Je ne supporte pas l'idée d'être jugé et condamner par des hommes. Qui sont-ils pour prétendre pouvoir le faire ? Leur petite existence tellement imparfaite et leur absence de sagesse me répugnaient. Oublier ce que nous sommes en regardant dans la vie des autres.


    J'avais mis un frein à toute vie sociale par peur. Mon énergie se tournait vers l'apprentissage de la connaissance de l'homme pour ne pas les craindre et avoir la capacité de les renvoyer de l'endroit où ils viennent.


    C'est peut être à cause des mêmes raisons que je me suis braquées contre Eudes. Je devais apprendre à vivre.


    3/ Malkut ou la leçon de Jimini criquet


    Lui, c'est le copain de Eudes. Même si ces deux salopards se moquent volontiers de mes délires avec mes copines, ils ont oublié la glorieuse époque où, tous les dimanches soirs, on partait dans des divagations dignes d'une fac de philo où tous les étudiants auraient cramé la moquette.


    Ce n'est pas compliqué, des stratégies à deux balles sur ceux qui prétendaient être actionnaire de notre magazine, en passant par ceux qui se cherchaient des copains jusqu'aux probable guerre de pouvoir et manipulations géopolitiques du gouvernement en place, tout est passé sous notre microscope hallucinogène !


    N'empêche qu'on se marrait bien, même si parfois je râlais car les discours devenant trop codifié pour que je les comprenne. Lorsque Eudes me piquait mes classeurs d'astrologie, je n'appréciais pas être distancée de la sorte. Je devais comprendre et avancée pour ne pas trop perdre leur niveau occulte ! (Petits branleurs)


     


    Jimini m'a donc offert un bouquin pour mon anniversaire.


    Il était mort de rire car je fêtais mes trente ans. Il me donna ce livre en m'expliquant que symboliquement le Second Messie (c'est le titre du livre) allait se révéler à moi tel la lumière.


    Quand j'ai appris, grâce à cette lecture, le mode d'emploi de leur connerie ! Ils faisaient référence à l'age symbolique, justement. Je les aurais baffés. Et plus je bougonnais d'être passer à coté d'allusions si évidentes, et plus ils s'éclataient !


    Ce livre m'a permis de clore le sujet " jésus, fils de Dieu " pour ouvrir le chapitre "putain, quel politique ! Quel visionnaire ! Quel personnage ! ". En tout cas, fils de dieu selon l'église car, vu sous l'angle de l'ancienne Egypte, cette notion prenait un tout autre sens. Il y a vraisemblablement un lien entre l'enseignement gnostique chrétien et l'enseignement occulte des égyptiens.


    On passe le prologue sur les templiers et leur lien karmique avec les maçons pour arrivée aux tarots de marseille.


    Et là, putain con !


    Lorsque j'ai eu ma première version du jeu divinatoire et son mode d'emploi, c'était à 14 ans, dans un magazine pour midinettes jeunes et jolies à la fois.


    Les débuts donnent une succession d'arcanes majeures jamais inversées où on aurait retiré l'arcane sans nom (XIII) et la maison dieu (XVI).


    Donc, à la question : est-ce que Stéphane va re-sortir avec moi ? La réponse est orientée par le "oui" franc et massif du soleil, carte sur laquelle nous avons fait un repère pour aider notre moral.


    A celle qui suit : va-t-il quitter l'horrible Tatianagnagna ? Apparaît, parmi les 22 lames, le XIII et le XVI inversé, cette fois ci ! (Comment sont-elles réapparues ?)


    Oui, grosse catastrophe, leur histoire à la guimauve va échouer... Elle va le tromper avec Dave, le gars trop relou avec sa 103 jaune pourri. Steph sera trop malheureux mais comme tu auras le mode d'emploi pour le prix Nobel du roulage de galoche (que nous avons traité en double central dans le numéro 12) à l'haleine trop fraîche, mieux qu'un tube de dentifrice, il tombera dans tes bras !!!


    Trop facile !


    Sauf que Tatianagnagna n'est pas sortie avec Dave et qu'elle est restée avec mon beau warrior des chauds quartiers résidentiels !


    Quelle merde !


    Bon, donc, je m'achète the tarot de "grande " avec mes 78 lames et le mode d'emploi ! Mais en tant qu'élue au grand lien cosmique de la divination de le Divin, pas besoin de le lire.


    Trop de la balle ! Je suis la Dugarry du gazon de la prédiction


    Bref, Je commence à bosser un peu, juste pour valoriser la fiabilité des prédictions et v'lent. Le second Messie. Ou comment pendre au sérieux les sujets qui me faisaient marrer.


    Voici un condensé des écrits divers et variés (expression chère au cœur de Jimini)


    L'une des théories sur les origines du tarot marseillais, la plus répandu, est qu'il aurait été inventé par les templiers.


    Cet ordre de chevaliers prêtait serment d'allégeance au Pape et non au roi.


    Aussi, sous la direction de Hugues de Payen, avaient-ils pour mission d'escorter les Pèlerins jusqu'à Jérusalem sur les routes de la terre Sainte.


    Une fois sur place, nos 9 chevaliers ont OFFICEUSEMENT pour mission de fouiller sous les ruines du temple du roi Salomon. Ils découvrirent de nombreux trésors et des manuscrits.


    Rapatriés en Europe, il semble que ces trésors furent pour la plupart enfouie à nouveau mais cette fois sous la chapelle de ROSLIN (cf. Da Vinci code pour les romanesques), en Ecosse. Cette chapelle serait l'exacte reproduction du temple de Salomon, mais pourquoi ? Il faudra que je trouve. Et pourquoi neuf ? 3x3 y a-t-il un symbole caché et codifié ? Grâce à cet enrichissement, nous accordons volontiers aux templiers d'être à l'origine de notre système bancaire.


    Ces derniers, perçut comme une menace par le roi de France (Philippe le Bel) qui n'avait, je le rappelle, aucun pouvoir sur eux, demande au futur pape (Clément V) de faire pression sur eux pour qu'il puisse remplir les caisses du royaume (plus vide que celles de la sécu de nos jours).


    Accusé d'hérésie, les templiers furent arrêtés et torturés au cours de l'Inquisition (L'Eglise ayant pour mission de combattre l'hérésie, sous toutes ses formes). Leur chef de l'époque, Jacques de Morlay, fut brûlé avec ses pairs ou frères un vendredi 13 octobre (d'où la malédiction de ce jour) en 1307, en maudissant ces deux détracteurs qui meurent, à leur tour, trois mois plus tard. (en même temps, ils ont un peu cherché ...)


    Ici se trouve une charnière. La datation au carbone 14 semble favoriser, selon auteurs du livre précédemment cité (C. KNIGHT et R. LOMAS), l'hypothèse que l'image du saint suaire serait de cette époque. Aussi à défaut du Messie, Jésus, s'agirait-il du second, Jacques de Morlay.


    Le saint suaire, ainsi que le calice dans lequel on aurait récupéré le sang du christ crucifié (sur la croix, oserai-je dire, mais je crains que cela fasse on ne peut plus redondant.) sont, entre autres, des reliques chères au cœur D'Arthur et des chevaliers de la table ronde.


    Peut être est ce à cause de ceci, que le tarot est également associé à la quête du saint graal.


    En même temps, la dite quête est aussi la recherche de la lignée de sang de Jésus. Il semble que se soit le cas de la famille SAINT CLAIR. Aussi, n'est-il pas tellement étonnant de savoir qu'Hugues St Clair n'était pas étranger à la mission première des Templiers.


    En outres, si on leur accorde l'invention du jeu, c'est en expliquant que les visuels utilisés étaient un code compris par eux seuls. En tous cas, si une carte tombait dans des mains ennemies, personne ne comprenait ce que les templiers avaient trouvé.


    De plus, ils semblent qu'alors que les templiers étaient sous les "ordres " du Pape, ces derniers vénéraient un dieu (Baphomet) différent du dieu des chrétiens. On leur accorde, également, des rituels secrets et des pratiques mystérieuses tels que : l'alchimie, la géométrie (comme quoi, y'a pas que dans mes cours de maths que Pythagore à foutu le bordel), la numérologie et l'astrologie (tiens, tiens, tiens, trismesgestiquement intéressant). Pourtant, si on se réfère à l'enseignement wicca, Baphomet n'est que la partie masculine de dieu, la partie féminine pouvant être Mitra. Jusqu'où étaient-ils remontés pour en arriver à cette probable conclusion alors qu'ils étaient avant toute chose des moines soldats ? Pourquoi en revenir au paganisme ? Quelle est l'origine humaine donc spirituelle de nos croyances ?


    On arrive au moyen age, où les jeux ont suivi leur proprio au bûché ! Encore une chasse aux sorcières dictée par ceux qui ont un relatif pouvoir afin de le conserver (car les tarologues attiraient le bon peuple vers le péché en lui laissant croire en la chance et la destinée...), on accorde aux tarots la sagesse mystico- pharaonique (la même chose, en fait). A l'age des Lumières (c'est vite dit) on découvre, grâce à ses EXCELLENTS philosophes, les idéaux humains. (Exercices de styles où Rousseau a développé l'art des écrits moralistes, genre séries américaines avant l'heure). Et, oh surprise ! Jaillissent des profondeurs obscures les sociétés secrètes. Parmi lesquelles LA FRANC MACONNERIE !


    D'ailleurs, l'un d'entre eux, Antoine court de Gebelin (spontanément, je dirais : " court Forrest " plutôt que "court de Gebelin ", mais c'est pas pareil. Désolée, je craque) a écrit un livre sur le sujet, dans lequel il déclare le tarot comme issu (et ça, c'est du sur) de l'Egypte antique et étant un fragment du livre sacré de Thot. (Dieu qui pèse le cœur des hommes à leur mort avec des plumes en contre balance, le jugement dernier en quelque sorte ! Et comme dit Pitch : " valait mieux faire dans le light déjà à cette époque ! ".).Ce n'est pas idiot si on admet que les templiers eurent pu utiliser ces cartes comme sorte de première BD, comme on pouvait le faire en orient.


    Là où ça se corse :


    Les Grecs et les romains transposèrent Thot à leur dieu : Hermès, alias MERCURE !


    Ils considèrent que ce Dieu est le fondateur de l'alchimie (d'où le Dieu tenait son nom ! Le Mercure ! Faut suivre !)


    Et là, pour toi ma Pitch :


    LES NEOPLATICIENS donnèrent à Thot le nom D'Hermès TRISMEGISTRIUS...TRUS...US enfin, l'imprononçable.


    (Le trois fois puissant, et une nouvelle couche de ternaire qui boucle la boucle ! Y'avait longtemps ! On me remballe le filet, dans le fond ! Et en même temps, on referme la mâchoire ! C'est trimesgistiquement excitant, n'est-il pas ?)


    Et les R+C dans tout ça, l'Ordre consacré à la recherche la connaissance mystique au début du XVII ème siècle n'y coupe pas non plus ! A cette époque, cet ordre est rapproché de la franc maçonnerie


    Elle insiste sur les rituels et la symbolique ésotérique. Les Rose-croix s'embarquent sur la route du mystique alors que leur "confrères " préfèrent la route de la philosophie et de la morale. Sachant que les F.M. se prétendaient héritiers des templiers et par conséquent de leurs rites et de leurs secrets, nous pouvons imaginer qu'ils perpétuaient oralement autour du feu, comme nos ancêtres ou les premiers disciples de jesus, la mémoire des croyances perdues puis retrouvées en parties. Ils dissertaient probablement sur les guerres de pouvoirs entre gentilshommes.


    Les uns détenteurs de la mémoire collective et les autres à la recherche de la connexion qui nous la transmise.


    Probablement, à cette époque du moins, qu'il en était de même pour les rose-croix ou quelque chose dans ce goût là. Si on en croit leur appartenance à l'école des mystères de l'ancienne Égypte, on peut imaginer que leur enseignement allait jusqu'à la pratique de la magie théurgique et aux voyages physiques et spirituels qui en découlent.


    On peut donc en conclure que les pratiques de l'école des mystères auraient pu s'étendre jusqu'à la Terre Sainte grâce aux allers et retours des hébreux, allant jusqu'au temple érigé par Salomon et visité par les templiers. Une rencontre d'une même spiritualité, scindée en deux pour un développement différent et complémentaire qui se retrouve pour ne faire qu'un à un moment de l'histoire.


    L'idée du voyage qui ferait physiquement admettre les cultures et les paysages différents afin d'ouvrir l'esprit avant ou peut-être, parallèlement, d'appréhender les enrichissements spirituels d'un autre type de voyage : astral ou intérieur.


    Peut-être même est-ce cela "voyager d'est en ouest et du nord au sud ".


     


    Gérard Encausse, Rose Croix de son état, écrivit et publia le tarot des bohémiens. A son tour, il explique que les arcanes majeures relatent le voyage spirituel de L'Homme. Après l'hypothèse de retracer l'histoire de l'Ordre sur les traces du Christ, il intègrera le lien avec la kabbale et les chemins de l'arbre de vie.


    Qui aurait cru que ces images prédécoupées d'un magazine, utilisées pour deviner tant bien que mal notre lendemain, un peu comme la météo, auraient une telle ampleur Historique ! Comment réussir à leur accorder une action divinatoire dans notre destinée alors que leur origine est si complexe, en tout cas hors de toute action divine ?


    Je ne saurais jamais si Jimini l'a fait exprès ou pas mais, il m'a balancé sans parachute dans un truc tellement énorme que mon cerveau avait du mal imaginé. Je me trouvais au cœur d'une sorte de décaèdre, lui-même au cœur d'un autre etc. j'étais, à cet instant de ma vie, la particule infiniment petite de poussière dans la plus petite des poupées gigognes.


    A l'arrivée, le but n'était pas de faire une course à l'amoncellement des connaissances mais de confondre notre compréhension de ces informations.


    Je me sentais seule et entourée à la fois. Je souhaitais rencontrer d'autres Sherlock pour partager mes travaux. Je savais bien qu'une quête spirituelle est personnelle mais pas nécessairement secrète. Je voulais partager mes découvertes avec d'autres, car de façon imagée, la lumière de la connaissance ultime n'est aveuglante que grâce à la somme des petites veilleuses que nous sommes. Les rassemblements en temple me faisaient penser à une ruche de lucioles. En interne, les connaissances perçues par certains peuvent allumer d'autres lumières dans l'esprit de ceux qui les écoutent, permettant un débat d'idées, une ouverture à un brain storming collectif.


    Je voulais entrer dans une fraternité ésotérique, avoir une famille à mon image au milieu de laquelle il me serait aisé de progresser. Oui, mais laquelle ?


    J'en parlais avec Eudes et Jimini mais je fus face à un flop !


    Eudes refusa tout net, jugeant qu'il s'agissait là d'une perte de temps, que j'avais


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :